RSS

Campagne 2019 des missions doctorales

Bienvenue sur la page d'actualités de l'École doctorale 564 : «Physique en Île-de-France»

logo-psl logo-upmc logo-upsc logo-upsay

Formations

Prochaines soutenances

  • 2019-09-19 : Sami Al-Izzi (PCC)
    Dynamics of Lipid Membrane Tubes

    À : D1.05 Centre for Complexity Science, University of Warwick, UK , à 14:00

    Membrane tubes are structures ubiquitous in cells, and understanding their dynamics and morphology is of vital importance for cellular biophysics. This thesis will discuss several aspects of the dynamics of membrane tubes in situations where they are driven out of equilibrium by various biologically inspired processes. We analyse the inflation of membrane tubes and their subsequent instability due to ion pumps driving an osmotic pressure difference. This is inspired by the structure of an organelle called the contractile vacuole complex, and leads to a new instability with a much longer natural wavelength than a typical Pearling instability. The stability of membrane tubes with a shear in the membrane flow is analysed and a novel helical instability which acts to amplify the fluctuations is found. We discuss the relevance of this instability in the process of Dynamin mediated tube scission. Finally we consider the dynamics and fluctuations of a membrane tube with active forces acting on it.

  • 2019-09-19 : Holger Graef (LPENS)
    Dirac fermion optics and plasmonics in graphene microwave devices

    À : Salle Dussane, École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris , à 14:00

    Cette thèse porte sur la physique des fermions de Dirac dans le graphène balistique, sans et avec interactions. Trois phénomènes principaux sont étudiés: L’optique des fermions de Dirac dans des prismes électroniques définis par des jonctions p-n, la plasmonique GHz dans des condensateurs à résonance plasmons, et la rupture de l’effect Hall quantique (en anglais QHBD) dû à l’instabilité de magnetoexcitons. Notre technique est basée sur la caractérisation du transport électronique et du bruit dans les dispositifs de graphène encapsulé dans du nitrure de bore, du continu aux hyperfréquences. En optique électronique, nous étudions la réflexion totale interne des électrons dans un réflecteur coin défini par des électrodes de grille. On démontre des effets d’optique électronique géométrique et cohérente. Le dispositif est sensible à des taux de diffusion minuscules et donc capable de détecter des phonons à basse température. On l’utilise pour démontrer la faisabilité d’expériences d’optique de fermions de Dirac en régime hyperfréquences. En plasmonique, nous introduisons les condensateurs graphène à effet de champs en tant que plateforme pour étudier les plasmons de longeur d’onde très grande. Les dispositifs sont caractérisés avec un analyseur de réseau. Nous mesurons simultanément la résistivité, la capacitance et l’inductance cinétique et nous observons une résonance à 40 GHz avec un facteur de qualité de deux, qui correspond à un plasmon d’une longueur d’onde de 100 µm. Ce résultat constitue un pas important vers la réalisation de dispositifs plasmoniques résonnants. Enfin, à champs magnétiques et électriques croisés forts, nous étudions la rupture de l’effet Hall quantique entier dans un échantillon modèle de graphène bicouche. Le transport en courant continu et le bruit à 5 GHz démontrent que le champ de rupture intrinsèque peut être atteint dans le graphène. La signature du QHBD est un décollage brutal du bruit, avec un facteur de Fano largement superpoissonien. Comme mécanisme collectif de rupture, nous proposons l’instabilité de magnetoexcitons. Ces résultats montrent comment le progrès dans la fabrication des échantillons a permis d’étudier de nouvelles classes de dispositifs balistiques, d’explorer de nouveaux phénomènes fondamentaux et d’envisager des expériences plus complexes, comme : des mesures du temps de vol des phonons acoustiques, la caractérisation de la propagation d’un plasmon dans un super-réseau bipolaire ou le QHBD dans le graphène monocouche. En termes d’applications, cette thèse ouvre la voie pour l’exploitation de l’optique de fermions de Dirac à température ambiante, la conception de détecteurs THz utilisant la résonance de plasmon, et l’amélioration des standards de résistance basé sur l’effet Hall quantique.

  • 2019-09-20 : Matthieu Pierce (LKB)
    Recherche de la phase FFLO dans les gaz d’atomes ultrafroids

    À : Salle U209, ENS, 29 rue d’Ulm 75005 Paris , à 10:30

  • 2019-09-20 : Antony Lesage (LPTMC)
    Inférence bayésienne des paramètres structuraux de la chromatine de la drosophile sur des images super-résolues de domaines épigénétiques

    À : Auditorium du LBD, salle C707 Bâtiment C, 7ème étage, Campus Pierre et Marie Curie, , à 14:00

    Récemment, de grandes avancées ont permis de mieux caractériser l’architecture et la dynamique des génomes. Au cœur de ce problème, un domaine particulier suscite aujourd’hui un intérêt croissant dans plusieurs communautés scientifiques : l’épigénétique. C’est l’étude du vaste ensemble des modifications biochimiques de l’ADN et des protéines architecturales qui dirigent le destin cellulaire sans en altérer l’information génétique. Des domaines fonctionnels localisés dans les chromosomes ont été mis en évidence. Chez la drosophile, ces domaines fonctionnels sont biochimiquement définis par des marques épigénétiques, ce qui suggère que l’arrangement spatial peut être le "chainon manquant" entre l’épigénétique et l’activité génétique. Depuis peu, la microscopie de super-résolution a permis d’imager la structure de ces domaines avec une résolution sans précédent. Elle a, en particulier, donné accès à la distribution des rayons de giration pour des domaines de différentes longueurs et associés à des états d’activité de transcription différents : actif, inactif ou réprimé. Les lois d’échelle observées nécessitaient le développement d’un cadre théorique pour les interpréter à la lumière de la physique des polymères. Ce travail de thèse a consisté à contribuer à la modélisation physique de la chromatine, ainsi qu’à mettre en place une méthodologie d’analyse pour extraire les paramètres structuraux des domaines fonctionnels, à partir de ces données de super-résolution. En corollaire, les résultats de ce travail pourraient, dans une moindre mesure, permettre de trouver la bonne modélisation à adopter pour comprendre l’organisation de la chromatine chez la drosophile.

  • 2019-09-20 : Ruben Zakine (MSC)
    Mediated interactions in Soft Matter and surface tension of active fluids

    À : Université Paris Diderot, 10 rue Alice Domon et Léonie Duquet, Bâtiment Condorcet, Amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes , à 13:30

  • 2019-09-20 : Guojie Bian (LKB)
    Quantum Electrodynamic and nuclear effects in Li-like ions and muonic atoms

    À : 24 rue Lhomond, 75005 Paris, ENS Physics, L363/365 , à 10:00

    We have performed multi-configuration Dirac-Fock calculations of the transition energies in the transitions of $1s^2\,2p\,^2P_{J}\,\rightarrow 1s^2\, 2s\,^2S_{1/2},J=1/2,3/2$, core-excited transitions of $1s\,2s\,2p\,^2P_{1/2}\,\rightarrow 1s^2\, 2s\,^2S_{1/2},J=1/2,3/2$ and $1s\,2s\,2p\,^4P_{1/2}\,\rightarrow 1s^2\, 2s\,^2S_{1/2},J=1/2,3/2,5/2$, and Auger transition energies of $1s\,2s\,2p\,^2P_{1/2}\,\rightarrow 1s^2\,^1S_{0}$ and $1s\,2s\,2p\,^4P_{1/2}\,\rightarrow 1s^2\,^1S_{0},J=1/2,3/2$ in the lithium isoelectronic sequence for low- to high-Z ions (Z=10-92). Quantum-electrodynamic corrections with effective operator model and and electronic correlation corrections are included in Dirac wave functions with finite nuclear size. All-order Breit and vacuum polarization corrections are also included in the calculation, with a fully optimized active set wavefunction. Extensive comparisons between existing theorical results and experiment are performed. We also evaluate nuclear parameters that minimize the weighted theory-experiment discrepancy in muonic $^{208}$Pb with two-parameter Fermi and three-parameter Gauss models using approximate constant self-energy. We obtained t=2.3919 fm and r=5.5057 fm by the best-polynomial-fitting parameters in Fermi model. We also analyze the individual contributions of muonic $^{226}$Ra and $^{248}$Cm using the same prescription of exact QED correction for the upcoming experiments.

  • 2019-09-20 : Joachim Delannoy (PMMH)
    Les surprises de la montée capillaire

    À : Sorbonne Université (Campus Jussieu), Amphithéâtre Durand, Bat Esclangon, 4 place Jussieu, 75005 Paris , à 14:00

    Ce travail de thèse s’articule autour d’une expérience modèle : la montée capillaire. À l’aide de variantes de cette expérience, nous approfondissons trois aspects des mécanismes d’imprégnation où la tension superficielle joue un rôle prépondérant : la dissipation au niveau de la ligne de contact, l’effet d’un revêtement de surface et l’impact des propriétés mécaniques du substrat.

  • 2019-09-20 : Marylou Gabrié (LPENS)
    Towards an understanding of neural networks: Mean-field incursions

    À : ENS, 24 rue lhomond, salle L361 , à 14:00

    Machine learning algorithms relying on deep new networks recently allowed a great leap forward in artificial intelligence. Despite the popularity of their applications, the efficiency of these algorithms remains largely unexplained from a theoretical point of view. The mathematical descriptions of learning problems involves very large collections of interacting random variables, difficult to handle analytically as well as numerically. This complexity is precisely the object of study of statistical physics. Its mission, originally pointed towards natural systems, is to understand how macroscopic behaviors arise from microscopic laws. In this thesis we propose to take advantage of the recent progress in mean-field methods from statistical physics to derive relevant approximations in this context. We exploit the equivalences and complementarities of message passing algorithms, high-temperature expansions and the replica method. Following this strategy we make practical contributions for the unsupervised learning of Boltzmann machines. We also make theoretical contributions considering the teacher-student paradigm to model supervised learning problems. We develop a framework to characterize the evolution of information during training in these model. Additionally, we propose a research direction to generalize the analysis of Bayesian learning in shallow neural networks to their deep counterparts.

  • 2019-09-23 : Léo Morel (LKB)
    High sensitivity matter-wave interferometry: towards a determination of the fine structure constant at the level of 10^-10

    À : Sorbonne Université (campus Pierre et Marie Curie), Couloir 22-23, Salle 401, 4 pl. Jussieu, Paris 5è, , à 14:00

    The fine structure constant can be determined from the measurement of the ratio h/m between the Planck constant, h, and the mass of an atom, m. The comparison of the experimental value of the anomalous magnetic moment of the electron or the muon with their theoretical values predicted by the Standard Model using this value of the fine structure constant allows a very precise test of this model. My thesis work focused principally on the measurement of the h/m ratio of rubidium-87 using a new experimental device. This device has been designed to produce an ultra-cold source by evaporation in an all-optical dipole trap loaded from optical molasses. We optimized the parameters of the experimental device using a genetic algorithm, which allowed us to produce a Bose Einstein condensate, containing 120,000 atoms, polarized in the state F=1, mF=0, with a cycle time of 3.5 seconds. We then installed the laser device for atom interferometry, to interrogate a cloud of cold atoms produced by optical molasses. Combining an interferometer using Raman transitions and the Bloch oscillation technique, we demonstrated an unprecedented sensitivity on the measurement of h/m corresponding to a relative statistical uncertainty of 8.5 x 10^{-11} in 48 hours of integration, or 4.3 x 10^{-11} on the fine structure constant. This sensitivity has allowed us to experimentally study a variety of systematic effects. We simultaneously carried out modelling work that contributed to the implementation of protocols to compensate for the biases induced by systematic effects. We present a preliminary assessment of the error budget associated with these effects.

  • 2019-09-23 : Isadora Perrin (LKB)
    Développement expérimental d’un capteur inertiel multi-axes à atomes froids hybride embarquable

    À : Auditorium de l’Institut d’Optique Graduate School, 2 avenue Augustin Fresnel 91127 Palaiseau cedex , à 14:00

    Cette thèse porte sur le développement expérimental d’un capteur inertiel à atomes froids mesurant l’accélération de pesanteur, la composante verticale du gradient de gravité et l’accélération horizontale, en choisissant des technologies qui permettent d’obtenir un capteur inertiel embarquable et hybridé avec des capteurs classiques.Le dispositif expérimental génère un nuage d’atomes froids de 87Rb, permet d’effectuer des séquences d’interférométrie verticales et horizontales avec des transitions Raman stimulées rétro-réfléchies contra-propageantes, et permet une distance de chute libre maximale de 20 cm. La mesure de l’accélération de pesanteur a été obtenue avec une sensibilité de 68 μGal/pHz et une résolution optimale de 1,4 μGal après 6000 s d’intégration.La séquence d’interférométrie à quatre impulsions Raman pi/2 − pi − pi − pi/2 a été utilisée pour mesurer le gradient de gravité. Les effets systématiques ont été étudiées afin d’obtenir l’exactitude de la mesure. Notre mesure extrapolée avec une chute libre de 1 mètre et limitée parle bruit de projection quantique permettrait d’atteindre des sensibilités de l’ordre de 13 E/pHz,du même ordre que l’état de l’art. Cette méthode est intéressante pour un capteur embarquable car elle est facile à mettre en place, et elle est insensible à la force de Coriolis, qui cause une grosse chute de contraste pour un interféromètre Mach-Zehnder en dynamique. Cette méthode peut être utilisée pour la mesure de rotation dans un capteur inertiel embarqué. Une mesure de l’accélération horizontale a été effectuée en simple diffraction avec des faisceaux lasers Raman horizontaux contra-propageants et rétro-réfléchis. Pour lever la dégénérescence des deux paires Raman selon l’axe horizontal avec des atomes ayant une vitesse faible, une rampe de fréquence est appliquée sur les faisceaux Raman. Elle a permis de réaliser un interféromètre Mach-Zehnder horizontal. Hybridé avec un accéléromètre classique, une mesure de l’accélération horizontale a été obtenue avec une sensibilité de 3, 2×10−5 m.s−2/pHz et une résolution optimale de 2−6 m.s−2 après 1000 s d’intégration.Cette méthode est intéressante pour un capteur embarquable car le dispositif expérimental reste simple, et elle permet d’effectuer une séquence d’interférométrie à quatre impulsions avec le même dispositif pour effectuer une mesure de rotation horizontale.

  • 2019-09-24 : Jingzhi Chen (LPS Orsay)
    Molecular dynamics simulations of the self-assembly of icosahedral viruses

    À : Blandin amphitheatre , à 14:00

  • 2019-09-25 : Zizhuo Tony Jin (LPENS)
    Quantum stochastic processes for open or out-of-equilibrium quantum systems

    À : Conf IV (E244), ENS, 24 rue Lhomond 75005 Paris , à 15:00

  • 2019-09-25 : Paul Debue (SPEC)
    Etude de l’anomalie dissipative dans un écoulement turbulent

Événements

  • Rencontres des Jeunes Physiciens2019-11-29

    Les Rencontres de Jeunes Physiciens (RJP) se dérouleront cette année dans l'amphithéâtre Marguerite de Navarre, au Collège de France.
    L’objectif de ces Rencontres est de réunir la communauté de jeunes chercheurs en Physique d’Île de France pour une journée de colloque organisée par elle et pour elle . Cette journée donne l’opportunité aux doctorants de rester ouverts et curieux à l’ensemble des domaines de la physique.
    La journée des Rencontres s’articule autour d’une quinzaine d’exposés oraux ainsi qu’une session poster donnés par des doctorants et post-doctorants, avec pour but d’offrir un aperçu de leur domaine et de présenter leurs propres travaux.
    Le programme détaillé sera mis en ligne prochainement.
    ----------------------------------------------------------
    Les Rencontres de Jeunes Physiciens (RJP) will take place this year in the amphitheatre Marguerite de Navarre , at the Collège de France .
    The objective of these meetings is to bring together the community of young physics researchers from Ile de France for a day of colloquium organized by it and for it . This day gives PhD students the opportunity to remain open and curious about all areas of physics.
    The day is structured around about fifteen oral presentations as well as a poster session given by doctoral and post-doctoral students, with the aim of offering an overview of their field and presenting their own work.
    The detailed program will be available online soon.

    cmpwJTQwc2ZwLXBhcmlzLmZy

Appels à projets et à candidatures

  • Ma thèse en 5 minutes 2019-07-26

    L'Association Française d'Astronomie AFA organise chaque année un concours Ma thèse en 5 minutes avec le LPNHE et l'IN2P3.

    "Ma thèse en 5 minutes" est un concours ouvert à tous les doctorants ou post-doctorants dont le sujet est en relation avec l'astronomie, l'astrophysique, à la cosmologie . Organisé par l'AFA et le LPNHE, il aura lieu vendredi 11 octobre de 10h à 13h dans l'amphi Charpak du LPNHE de Paris.

    Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en cinq minutes, un exposé clair [en français], concis et convaincant sur son projet de recherche, à l’aide du ou des supports de son choix ! Il répondra ensuite à 5 minutes de questions du jury ou de l'auditoire composé de lycéens pour l’essentiel. Ici pas d'enjeu colossal ! A l’issue des présentations, le jury remettra des prix aux 3 premiers lauréats (une bourse de 500€, 300€ et 200 €)... Les 5 suivants recevront un abonnement numérique à la revue Ciel et Espace. L'objectif de ce "concours" est de montrer la diversité, la richesse des sujets et la passion qui anime les candidats. Cette rencontre permet de donner une image concrète et dynamique de la recherche. Chaque présentation sera filmée pour alimenter le site web.

    Pour participer, envoyez un mail à eric.piednoel@cieletespace.fr avec Nom, Prénom, mail en précisant le sujet de thèse et 2 lignes de présentation, le laboratoire ou l'unité de recherches.


    Contact : RXJpYytQaWVkbm8lQzMlQUJs

  • Appel à candidatures pour bourses de mobilité du DAAD (Office allemand d’échanges universitaires) 2019-07-24
    Date limite dimanche 15 septembre 2019 à minuit

    Comme tous les ans, les doctorants, post-doctorants et enseignants-chercheurs confirmés issus de toutes disciplines sont invités à postuler aux bourses du DAAD afin de financer leur séjour de recherche en Allemagne.
    Important : des connaissances d’allemand ne sont pas nécessaires si votre langue de travail sur place est l’anglais.
    Parmi les diverses bourses proposées, trois des programmes de bourses arrivent à échéance le 15 septembre (pour une mobilité en 2020) :

    • Bourse de recherche de courte durée : pour doctorants et post-doctorants, pour un séjour de 1 à 6 mois en Allemagne (1200 € par mois, cumulable avec un contrat doctoral)
    • Mission de recherche : pour enseignants-chercheurs en poste dans un établissement d’enseignement supérieur français, pour un séjour de 1 à 3 mois en Allemagne (2000 € par mois)
    • Réinvitation d’anciens boursiers : pour anciens boursiers du DAAD ayant bénéficié d'une bourse de 7 mois minimum en Allemagne, pour un séjour de 1 à 3 mois en Allemagne (2000 € par mois)
    Vous trouverez toutes les informations relatives aux bourses (p.ex. conditions générales et une Foire aux questions) sur le site Internet du Daad. Afin de vous aider dans votre démarche, vous y trouverez également un guide de candidature détaillant les principales étapes de la candidature en ligne.


    Contact : SmFuaXF1ZStNaXJlaWxsZStCaWtvbW8=

  • Nouvel appel à candidatures - Programme PAUSE 2019-07-23
    Date limite mercredi 02 octobre 2019 à minuit

    Le programme PAUSE est un programme national allouant des financements incitatifs aux organismes de recherche publics et aux établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche, aux établissements d’enseignement supérieur privé d’intérêt général (EESPIG) ainsi qu’aux établissements sous tutelle du ministère de la Culture projetant d’accueillir un scientifique en exil.
    Établissements d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation & Établissements privés d’enseignement supérieur d’intérêt général EESPIG :
    Ces financements ont pour objet de cofinancer un projet d’accueil pour un(e) scientifique étranger(e) de toutes origines géographiques et de toutes disciplines remplissant l’ensemble des critères d’éligibilité suivants :

    • Pouvoir justifier de son statut d’enseignant-chercheur ou de chercheur (doctorant, post-doctorant, chercheur confirmé) de toute discipline académique ;
    • Se trouver en situation d’urgence : être victime de persécution ou de violence du fait de son identité ou de ses croyances ou d'un autre type de menace à préciser ;
    • Quel que soit son lieu de résidence actuel : être dans l'obligation de s'exiler ou avoir quitté son pays d'origine depuis moins de 3 ans.
    Établissement d’enseignement supérieur sous tutelle du Ministère de la Culture :
    • Pouvoir justifier d'une expérience d'enseignement de 5 ans minimum
    • Se trouver en situation d’urgence : être victime de persécution ou de violence du fait de son identité ou de ses croyances ou d'un autre type de menace à préciser ;
    • Quel que soit son lieu de résidence actuel : être dans l'obligation de s'exiler ou avoir quitté son pays d'origine depuis moins de 3 ans.
    Si l'ensemble de ces critères ne sont pas remplis, nous vous invitons à nous contacter par mail afin de nous faire part de votre situation à l'adresse suivante :

    cGF1c2UlNDBjb2xsZWdlLWRlLWZyYW5jZS5mcg==

  • Recrutement d’experts ED «jeunes docteurs» 2019-06-28
    Date limite mercredi 25 septembre 2019 à minuit

    Dans le cadre de l’évaluation des écoles doctorales (ED) et des collèges doctoraux, le Hcéres intègre dans ses comités un expert « jeune docteur », i.e. un ancien doctorant récemment diplômé qui occupe un poste (CDD ou CDI) dans le secteur académique ou non académique, ayant requis le grade de docteur.
    Classiquement constitué de 4 à 5 membres, un comité d’évaluation assure l’expertise de deux à quatre ED (une demi-journée par ED) ou d’un collège doctoral (visite sur 2 jours). Les frais de mission (transports et hébergement) sont pris en charge par le Hcéres et les membres du comité perçoivent une indemnité d’expertise.
    Si vous êtes intéressé(e) pour être enregistré(e) pendant trois ans dans la base de contacts d’experts « jeunes docteurs » potentiels, vous pouvez déposer votre candidature en adressant une lettre de motivation accompagnée d’un CV au plus tard le 25 septembre 2019 à l'adresse mail indiquée.

    Y29taXRlLWVkJTQwaGNlcmVzLmZy

Brèves